Évoluer

Évoluer

S'autoriser à ÉVOLUER nécessite courage et abnégation. Celui qui demande de l’aide ne fait pas preuve de faiblesse, mais de bon sens : il reconnaît que ce qu’il vit ne lui convient pas et qu’il ne parvient pas à s’en sortir seul. 

 .

L’existence conduit à vivre des expériences qui peuvent être déstabilisantes. Se saisir de cette “difficulté” est le point de départ pour comprendre ce qu’elle signifie et ce qu’il est possible de mettre en place pour y remédier.

 .

 Chaque individu est en capacité de faire face aux événements de la vie. 

Il devra pour cela comprendre qui il est, accueillir sa propre histoire et accepter sa nature profonde. Il est primordial de prendre le temps nécessaire pour s'inscrire dans ce mouvement et de se laisser la possibilité de vivre pleinement cette "expérience" avec tout ce que cela comporte au niveau émotionnel et corporel. 

.

 L’être humain est un écosystème à part entière.    

Il existe sur différents plans (psychique, physique, énergétique…), au sein d’un environnement extérieur et d’un environnement intérieur, avec lesquels il interagit. A chaque instant, un individu est en RELATION, avec lui-même et avec l’environnement qui l’entoure. De cette interaction naissent des perceptions et des émotions avec lesquelles l’individu se sent en accord ou en désaccord. La nécessité de trouver une solution provient justement de ce “désaccord”. 

La kinésiologie considère l’individu dans sa globalité. Elle s'appuie sur le corps et les émotions pour comprendre, libérer et équilibrer : elle permet ainsi de travailler en profondeur à plusieurs niveaux, parfois même simultanément.

.

 L’humain est adaptable pas nature. 

Au même titre que toute forme de vie sur la planète. La vie répond à des cycles, elle n’est pas linéaire, elle se renouvelle à chaque instant. Elle est mouvement et transformation. Malgré ce qu’il est parfois admis, l’individu s’adapte en temps réel à ce qu’il expérimente. Il met en place des stratégies pour assimiler les nouvelles informations, agir dans l’instant, appréhender l’inconnu, intégrer le changement… Notre cerveau est une machine à modéliser l’espace-temps dans lequel nous évoluons en permanence. Le défaut d’adaptation ne vient pas d’une incapacité, mais d’un refus à s’adapter à ce que l’on ne veut pas voir “exister” dans sa propre réalité. Ce refus prend sa source dans la peur de l’inconnu et se manifeste par la volonté de contrôler, de maîtriser, de planifier. Or, l’adaptabilité nécessite précisément de lâcher prise sur ce qu’il n’est pas possible de contrôler. 

.

.

.

.

Références & liens : 

Lâcher prise, Relation à soi